J’ai perdu la vie en donnant naissance

Vous savez, il y a de ses choses auxquelles nous ne sommes pas en mesure d’expliquer. Dès que mon conjoint et moi avions décidé que nous voulions un enfant en avril 2014, il y a eut ce sentiment inexplicable qui est monté en moi. Un sentiment de peur, d’angoisse et de stress. Un beau mélange quoi?!

Mais pourquoi ? Pourquoi ressentais-je ça alors que je voulais profondément devenir une maman ?

Il y avait deux voix dans ma tête: une qui sautait de joie à l’idée d’avoir un bébé et une autre qui paniquait.

Au début, je me croyais folle:

“Ben voyons Jess, tu veux être enceinte, mais tu as peur de porter cet enfant en toi. Tu veux devenir une mère, mais l’idée d’avoir un bébé dans ton ventre te serre l’estomac.”

Assez spécial hein ?! Et je l’écris en toute humilité sans avoir peur d’être jugée, car c’est réellement ce que je ressentais à l’intérieur de moi. J’étais tellement en dilemme avec moi-même, ce duel qui me jouait constamment dans la tête, toutes les mille questions qui m’ont traversé l’esprit voulant savoir pourquoi. Pourquoi est-ce que je ressentais ça bordel ?!

Je n’étais même pas capable de mettre des mots sur ces ressentis tellement que c’était incompréhensible pour moi. 

Et lorsqu’on a fait notre première fécondation in vitro, imaginez comment est-ce que je me suis senti lorsque je portais cet embryon bien réel en moi. C’était comme si je le savais au fond de moi qu’il ne resterait pas, car je ne me sentais pas prête pour le garder, mais en même temps, je voulais tellement qu’il s’accroche à la vie.

Il faut vraiment le vivre pour le comprendre. J’en avais même parlé à ma psychothérapeute Nancy. Je lui disais que ça me provoquait un stress juste de m’imaginer avoir un bébé dans le bedon, que j’avais peur de lui transmettre tout ce stress justement. C’est là qu’elle m’avait expliqué que je portais probablement un bagage transgénérationnel, que la psychogénéalogie était vraiment surprenante.

Un bagage quoi et la psycho quoi?!

Un autre nouveau langage pour moi, qui je l’avoue, me laissait perplexe et sceptique. En gros, ça voulait dire que, si les générations au-dessus de moi avaient vécu des traumatismes, des événements, des secrets ou des conflits que ça pouvait me conditionner à des troubles psychologiques, des maladies, voire même des comportements étranges ou inexplicables et que le tout se logeait dans mon inconscient.

Comme la fondatrice de la psychogénéalogie Anne Ancelin Schützenberger le mentionne: pour se débarrasser d’un traumatisme trop lourd, certains délèguent ce poids à la génération suivante, comme on se passe une patate trop chaude de main en main, avec laquelle chacun se brûle.

Un bel héritage n’est-ce pas ?

Mais sur le coup, j’étais comme: “Ooookkkkk…”

Je vous le dis, je ne connaissais absolument rien de tout ce jargon avant que Nancy m’en parle, mais il y avait une partie de moi qui trouvait que ça faisait bien du sens et tout ça pouvait probablement bien expliquer la manière dont je me sentais tsé…J’avais fait mes propres recherches et tout me paraissait logique bien que ce soit un sujet encore controversé aujourd’hui. 

Enfin bref, fais les tiennes si tu veux en savoir plus sur le sujet. Je ne suis pas ici pour te convaincre, je suis ici pour te parler de ma propre expérience personnelle vécue.

Et le bagage de ces générations me précédant pouvait se traduire comme étant des fausses couches, des abus sexuels, de l’inceste, la mort d’un enfant, etc. (je crois que vous avez compris le principe hein parce que d’écrire ces mots me fait lever le poil sur les bras).

Dans ma lignée, je ne réussissais pas vraiment à voir exactement ce que je pouvais porter. J’ai posé de nombreuses questions à ma mère et à mon père pour qu’ils m’éclairent, mais rien ne me parlait vraiment. Il y a eu certes des fausses couches et la mort d’un enfant, mais probablement que si je portais quelque chose, ce quelque chose là, personne ne le savait ni était au courant. Tsé, ce qui se passait dans le temps n’était pas toujours net et il y avait beaucoup de secrets bien gardés.

Et là, vous vous demandez vers où je m’en vais avec tout ça hein ?! POUHAHAHA

La semaine dernière, dans mon article  Frissons assurés!, je vous racontais l’expérience de mon conjoint avec la merveilleuse Vicky Morissette de Coeur à coeur avec soi. C’est maintenant à mon tour de raconter la mienne.

J’étais assise sur son fauteuil lorsque Vicky me dit qu’elle savait déjà notre situation (on venait de faire notre deuxième FIV complètement ratée) et elle voulait essayer de trouver qu’est-ce qui bloquait pour ma part, car elle ressentait qu’il y avait bel et bien un truc de pas net.

Elle m’a fait coucher sur son lit de cristal et a mis ses mains sur ma tête afin de bénir le soin que je m’apprêtais à recevoir. Elle est sortie de la pièce pour 30 minutes afin d’écrire ce qui allait se passer. Ces 30 minutes ont été très turbulentes au niveau de ma tête. Je n’arrêtais pas de penser. Un million de questions défilaient concernant mon stress, pourquoi je ne tombais pas enceinte, pourquoi je n’avais pas confiance en moi, qu’est-ce qui bloquait, etc.

Quelques larmes s’étaient échappées parce que j’étais à l’envers et à fleur de peau. J’étais stressée et je voulais que ça disparaisse. À un moment donné, je me suis sentie plus calme, mais pas tant que ça. Je vous le dis, j’étais en SUR-STRESS!

J’espérais que cette rencontre puisse enfin régler le “je ne sais quoi” que je ressentais en moi. Vicky est entré dans la pièce et m’a expliqué ce que le lit m’avait apporté et m’a dit que, quand elle avait déposé ses mains sur ma tête, elle avait senti beaucoup d’inquiétude et de peur.

MEUH?!

Que l’énergie était vraiment concentrée au niveau de ma tête, mais que ça avait fini par descendre jusqu’à mes orteils. Voici les mots qu’elle avait écrits pour moi:

« Le lit envoie beaucoup de calme en ton mental. Il dissout l’énergie d’inquiétude et de peur en toi. Le stress obstrue. Les tensions face à cela seront plus calmes. »

Elle m’a dit qu’elle avait travaillé fort pour avoir une réponse concernant mon blocage. Elle avait entendu clairement quelqu’un lui dire ceci : 

« Dans une autre vie, tu as perdu la vie en donnant naissance. Alors, le lit enlève cette donnée qui est enregistrée dans ta conscience. Cette mémoire ne doit plus exister. Il faut couper la relation avec cette donnée ce qui cause une insuffisance d’hormone chez toi à ovuler. Et on me dit de vraiment couper ce lien avec toi. »

EEEEEEEE…WHAT et WOW ! Le feeling inexpliqué que je ressentais depuis le début concordait parfaitement…J’en étais bouche bée!

(Vicky n’était pas au courant de ma réserve ovarienne basse que la médecin de Montréal m’avait diagnostiqué et dont la cause était inexpliquée. Quand celle-ci est basse, les hormones aussi le sont.)

Elle m’a dit qu’elle voyait mes ovaires remplis d’ovules et mon utérus devenir lumineux, que tout mon corps s’allégeait, que j’étais plus calme, que mon cœur pétillait de joie et qu’il était grand ouvert pour ce soin, que j’accueillais tout et que mon âme était heureuse  que je sois là.

D’ailleurs, mon âme avait un message qu’il fallait absolument que je sache:

 « Chère Jessica,

Je suis là aujourd’hui pour te dire à quel point tu es une femme merveilleuse. Ne sois pas trop exigeante envers toi-même. Ne te tape pas non plus sur la tête à cause de cette difficulté d’avoir un enfant. Peux-tu pour le moment lâcher prise et laisser la vie placer, pour toi, pour vous, ce qui doit être?

Poursuivez vos démarches avec joie, passion, assurance et avec légèreté tous les deux. Tu avais un blocage et cela va te guider beaucoup pour la suite des choses. Aie confiance! Ta prochaine ovulation sera plus élevée. Continuez avec tout votre amour à créer cet enfant à venir. » 

Je me suis mise à pleurer. C’était tellement vrai et juste. J’étais dur avec moi-même? Tellement! Je n’arrêtais pas de me mettre ça sur le dos, que c’était de ma faute si ça ne marchait pas. Je me mettais beaucoup de pression.

Elle m’a dit qu’elle voyait beaucoup, beaucoup d’amour entre mon conjoint et moi et que c’était super beau de nous voir. Que j’avais un homme merveilleux, travaillant et qu’il souhaitait plus que tout avoir, lui aussi, un enfant.

Elle m’a dit que mon arrière-grand-mère maternelle, toute petite, souriante et heureuse, était là. Elle n’était vraiment pas restée longtemps, mais qu’elle était là pour moi.

Que dire de plus de cette rencontre complètement magique avec cette chère Vicky? Elle avait mis le doigt sur ce qui bloquait depuis si longtemps et que je m’étais tant forcé à expliquer. Je pouvais bien ne pas trouver tsé!

Encore là, ce qu’on peut vivre dans d’autres vies est un sujet tabou et mal vu dans notre société à cause de la religion, mais après avoir vécu ça, il ne m’en fallait pas plus pour créer mes propres croyances à moi. Quand un frisson te traverse de partout, ça en dit long et ça ne ment pas. 

Je tiens à dire un immense merci à Vicky. Des personnes avec des dons aussi spéciaux méritent d’être entendues pour tout le bien occasionné. Tu as été un ange envoyé sur ma route pour m’aider à me rapprocher de ma vérité.

•••

Tout est une question de perception! 

Allez, sois fière de ton grand coeur! 💕

SHOOTER!✌️

CFP-6934-2Jessica 

Copyright © 2018 Jessica Lefebvre – Mom de coeur, All rights reserved.
Photo couverture: Pixabay

Laisser un commentaire

search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close