La fête des mères et ses doubles sens

La fête des mères, on va se le dire, est une fête à double sens. Soit qu’elle évoque du bonheur chez une ou du malheur chez l’autre, de la joie ou de la peine, de la reconnaissance ou du déni.

C’est simple. Sois qu’on la voit comme une fête de bonheur ou sois qu’on la voit comme une fête crève coeur.

Et ce double sens dépend de chaque point de vue: celui d’une Mom de coeur et celui d’une maman.

Une Mom de coeur, j’en suis une.

Et pour moi, une Mom de coeur peut ressentir le même genre d’amour qu’une maman peut éprouver, mais envers un enfant qui n’est pas le sien comme un neveu, une nièce ou des filleuls. Ces enfants-là, ils sont précieux et ils sont des merveilles dans sa vie.

Une Mom de coeur, c’est d’aimer inconditionnellement son petit ange malheureusement rendu au ciel ou encore, c’est d’avoir confiance envers cette belle âme qui se pointera lorsqu’elle sera prête. 

Être une Mom de coeur c’est un choix. Un choix qui nous aide à voir ce qu’on a et non ce qui nous manque. C’est un choix que tu fais pour être plus en paix avec ce que tu vis.

Et moi, ce que je vis présentement, c’est que j’attends avec patience, bienveillance, respect, amour et espoir que notre futur petit miracle arrive. J’attends paisiblement de devenir une maman et, mon tour, il viendra. Il viendra quand le bon Dieu le décidera.

Mais, avant d’en arriver là, avant de faire ce choix, j’ai souffert. Longtemps souffert même. Ce n’est que depuis cette année que cette fête me laisse, non pas indifférente, mais qu’elle m’atteint beaucoup moins. Je suis désormais capable d’être heureuse pour toutes ces mamans.

Avant, la fête des mères me rappelait Ô combien je voulais en être une, une maman si resplendissante avec un enfant dans les bras.

La fête des mères me rappelait que je n’y arriverais peut-être jamais tu vois ?!

Elle me faisait ressentir des émotions douloureuses. J’avais mal, très mal en dedans de moi. J’avais juste envie de pleurer, de crier.

J’avais de la rage envers celles qui l’étaient, des mamans, des mauvaises mamans. Des mamans par défaut, par accident. 

Je ressentais de l’injustice envers la vie. Pourquoi elle envoyait des enfants à des mères qui ne sont même pas capables de se préoccuper de leurs bien-être ? Qui ne sont même pas capables de les nourrir, de les protéger, de les aimer ?

La fête des mères, je la détestais. À chaque fois, je voulais l’éviter. Oui, l’éviter pour ne pas voir la pitié ou ressentir le malaise des gens. 

Je voulais éviter ce genre de commentaires:

« Ça va être toi l’année prochaine. Tu vas tellement en être une, une bonne mère. Ne découragez-vous pas… » 

Tout pour tourner le couteau dans la plaie tsé…Anyway, ce n’était pas si grave puisque je souffrais déjà amplement.

Je ressentais de la jalousie et beaucoup d’envie envers toutes celles qui portaient la vie en elles et celles qui avaient le bonheur d’en être une, une mère.

Tout ce que ça pouvait représenter pour moi, une maman, je voulais le devenir et le vivre moi aussi.

Une maman, pour moi, c’est un être qui aime ses enfants d’un amour infini, d’un amour des plus sincères qui existe. Une maman, une vraie de vraie maman, est fière d’en être une, est fière de regarder son enfant grandir, s’épanouir, évoluer, se « planter » pour mieux se relever, pour mieux avancer sur le chemin de la vie. 

Une maman, à mes yeux, a le droit de s’accorder des pauses pour se ressourcer, pour refaire le plein d’énergie, pour ainsi donner le meilleur d’elle-même à sa progéniture.

Pour moi, une maman, c’est une personne qui accompagne son enfant à la découverte de qui il est en le respectant, en l’écoutant, en le guidant à suivre son coeur et ses valeurs. 

C’est ça pour moi, être une maman. Et je sais qu’il existe ce genre de mamans partout sur la planète.

La fête des mères a vraiment lieu d’exister en l’honneur de toutes ces merveilleuses mères. Une journée à elles, une journée où on leur dit merci d’être là, une journée qui les rappelle qu’elles sont reconnaissantes et tellement heureuses d’être la mère de beaux enfants.

Une journée remplie de regards brillants d’amour.

Mais, j’ai compris que rien n’empêche qu’une maman, qui a une Mom de coeur dans sa vie, peut ressentir le petit pincement au coeur que ça peut occasionner chez elle.

Parce qu’une maman, c’est sensible.

Tout ce qu’elles souhaitent pour nous, qui avons le désir profond d’avoir un enfant, c’est qu’on puisse savoir c’est quoi le bonheur d’en être une, qu’on puisse connaitre la sensation que ça fait que de porter un petit être dans son ventre. 

Même s’il est difficile de le croire, ces mamans ressentent beaucoup de compassion, d’amour et de respect envers nous, les Mom de coeur, sachant que, ce qu’on peut vivre, est loin d’être toujours rose. Elles savent que c’est un énorme travail pour réussir à faire ce qu’on fait: de notre mieux.

Oui, ça peut les rendre mal-à-l’aise et oui, ça leur fait de la peine, mais sachez qu’on a un sentiment commun toutes les deux et, ce sentiment, il nous habite de la tête aux pieds: l’impuissance.

L’impuissance….un mot tellement puissant comme quoi, nous ne contrôlons rien…rien du tout!

La fête des mères éveille beaucoup d’émotions au final. Mais, chacune à le droit de ressentir ce qu’elle ressent. Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises perceptions. À chacun son rythme, à chacun son histoire.

Avec du recul, je ne voulais pas gâcher cette belle fête donc, je gardais tout ce que je vivais pour moi, je refoulais, je ravalais, mais un fond, ça l’a servi à rien sauf me détruire encore plus. Et mon entourage, il souffrait lui aussi. On souffrait tous à notre manière, dans un lourd silence, gardant pour nous, l’émotion qui ne cherchait qu’à sortir.

Quand j’y repense aujourd’hui, une maman c’est là pour nous réconforter, pour nous faire du bien. De parler ouvertement de ce qu’on peut ressentir ce n’est pas de gâcher la fête. C’est de lui donner encore plus de valeur, encore plus de sens.

Que tu sois une maman ou une Mom de coeur, tout ce que je souhaite, c’est que tu sois sans jugement, compréhensive et respectueuse envers celle qui se trouve devant toi.

À ce jour, la fête des mères je l’aime bien. Je me suis accordée le droit d’en être une, une maman, mais à ma couleur à moi, en tant que Mom de coeur et ça me convient parfaitement. 

En attendant, je continue de croire aux miracles fabuleux de la vie et je continue de croire, qu’à un moment donné, nous, les Mom de coeur, aurons aussi notre propre date pour célébrer tous nos efforts, toutes nos petites fiertés personnelles et tout ce qu’on peut apporter dans la vie des enfants des autres.

Une date qui nous rappellera tout le merveilleux chemin parcouru et une date où on pourra se dire: « Je suis fière de moi. Je suis fière de m’avoir donné le droit d’être heureuse malgré tout. »

DSC_0116

Shooter aux mamans! Tout spécialement celles que je connais et qui m’ont donné des soeurs et une belle-soeur d’amour. Grâce à elles, je suis la maman de coeur de 5 enfants tout aussi incroyables les uns que les autres et qui sont ma famille à moi que j’aime d’amour.

DSC_0242

Shooter à nous, les Mom de coeur, pour être des rayons de soleil dans la vie de ces petits mousses.

•••

Tu hésites à dévoiler le fait que tu aimerais TELLEMENT être une mère ? Je te comprends! Je suis passé par là. Mais, si tu lis mon e-book, je te prouve, en 10 raisons que, de vouloir garder ça secret, ça pourrit ta vie! Et, ces 10 raisons, je les ai vécu une à une.

Je veux le lire!

entete-EBOOK-600X200px

Tout est une question de perception! 

Allez, sois fière de ton grand coeur! 💕

SHOOTER!✌️

CFP-6934-2Jessica 

Copyright © 2018 Jessica Lefebvre – Mom de coeur, All rights reserved.

Laisser un commentaire

search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close