Ma détresse, je ne voulais pas en parler

C’est simple. Qui dit test de fertilité dit forcément résultats n’est-ce pas ?

Mon chum venait de recevoir l’appel de son médecin qui venait tout juste de lui dire ce que dévoilait son spermogramme, le premier qu’il passait après 11 mois d’essai bébé.

Et quand mon chum me l’a annoncé, en messagerie texte, il m’a dit que c’était lui le problème et j’ai voulu fondre en larmes. 

Je suis venue avec le « motton » dans la gorge, mais je me suis retenue, car j’étais à mes cours de danse country pendant que, lui, travaillait à l’extérieur. Il ne fallait surtout pas que je pleure devant plein de gens! Qu’auraient-ils dit ? J’aurais gâché la belle ambiance festive avec cette mauvaise nouvelle tsé. Retiens-toi Jess!

Je vous cite ce que son médecin venait de lui dire, mot pour mot: « Il n’y a pas beaucoup de fertilité là-dedans. »

J’ÉTAIS SUR LE CHOC! UNE CLAQUE EN PLEIN VISAGE N’AURAIT PAS FAIT AUSSI MAL.

Évidemment, qui ne s’imagine pas le pire ?

Eh bien, pas moi! Dans ma tête, on venait de me dire qu’on aurait jamais d’enfants tsé! Dans ma tête, il y avait tout qu’un scénario qui était en train de se dérouler: 

Ça y est, notre vie est finie! On va être malheureux pour le reste de nos jours! Peut-être que je ne suis pas la bonne fille pour lui…(zéro rapport)

Mais j’étais excellente pour bien dramatiser les choses!

Parce que oui, j’ai le bouton panique facile. Ça venait me chercher parce que, mon chum, que j’aime d’amour, lui qui ferait un papa merveilleux, oui il est fertile ok ?!  

DSC_0366.JPG
Ça lui va si bien un enfant <3

OUI, IL Y A DE LA FERTILITÉ LÀ-DEDANS BON!

Bon, bien entendu, quelques jours ont passé et j’ai su me calmer…un tout petit peu…Je dis bien « un tout petit peu » parce que, qui qui resterait calme d’apprendre que son chum n’est pas fertile veux-tu bien me dire ? 😉 Bien pas moi!

C’est lorsque nous avons rencontrés ma gynécologue, 1 mois plus tard, qu’elle nous a confirmé que les résultats avaient été mauvais. (NOOOONNN!) 

En fait, de mon côté tout semblait correct, paraitrait-il, sauf pour mon chum comme l’avait dit son médecin. 

Pour ce qui est du spermogramme, les spécialistes regardent 4 éléments lorsqu’ils l’examinent. La quantité, la rapidité, la forme et la taille de la tête des spermatozoïdes. 

Pis mon chum, bien, ses spermatozoïdes n’avaient aucune têtes normales. Toutes des têtes bizarres!

Bon, c’est quoi cette affaire-là ? Des têtes bizarres ? Des têtes d’E.T. ?

Ce qu’on nous a expliqué c’est que, pour pouvoir féconder une ovule, ça prend des têtes en santé. Des belles petites têtes parfaites. Et, vu que ce n’était pas son cas, les chances étaient très faibles d’avoir un enfant de manière naturelle. 

Tsé comme dans popa et moman. (Nul besoin que je te fasse les signes avec ma main j’espère) 😉

Cependant, il fallait un deuxième test pour confirmer le tout…et il fallait attendre encore un autre 3 mois car, chez un homme, ça se renouvelle cette affaire-là toi! Bien oui, ces petites bêtes-là se régénèrent. Nouvelle chose que je venais d’apprendre.

Bien entendu, qui ne voulait pas de nos nouvelles ? Qui ne voulait pas connaître les résultats ? Car notre famille était au courant que nous passions des tests. On leur avait dit brièvement. 

Lorsque mon chum en a parlé à sa soeur, elle croyait que c’était une blague. Mon chum est bien fort là-dessus, les blagues, mais cette fois-ci, ça en n’était pas une. Elle nous a avoué que ça lui faisait beaucoup de peine d’apprendre ça.

Ma mère, quant à elle, pour se rassurer, a fait des recherches sur les internets pour savoir qu’est-ce que ça voulait vraiment dire un mauvais spermogramme.

Et c’est encore un mercredi soir, à la danse, que je vois ma belle-mère, (car on y allait ensemble) me demander si notre rendez-vous c’était bien passé…Elle voulait savoir elle aussi tsé…

Et à moi de lui répondre: « Tu demanderas à ton fils! »

Incapable d’en parler…

Ça été que quelques jours plus tard que son fils lui en a parlé. Je l’entends encore lui dire d’un air comme si de rien n’était: « Bien c’est moi le problème, je ne suis pas bon! »

De l’entendre prononcer ces paroles me crevait le coeur, ça me faisait mal aux oreilles. Non, ça ne se pouvait pas! Voyons dont! Mais qu’est-ce que c’est ça ? Être pas bon ? Il était en train de se dévaloriser en disant ça là. C’est ce qui résonnait en moi à chaque fois qu’il le disait.

Moi qui l’ai toujours connu solide et fort, moi qui l’ai toujours connu comme quelqu’un qui croyait en lui, de voir ses paroles sortir de sa bouche, j’avais du mal à y croire. Et je savais que c’était son égo qui parlait et non pas son coeur.  

En fait, je crois qu’il n’osait pas parler de ses émotions contrairement à moi qui ne se gênait pas pour lui en parler. Je peux vous dire que c’était lui le plus fort entre nous deux à cette époque. Peut-être qu’il souffrait lui aussi, mais il ne le faisait pas paraître. Il prenait ça comme un grain de sel tandis que moi, c’était une GROSSE montagne de sel…

Ayant le main sur le coeur, il essayait tout simplement d’être fort pour moi, pour nous et pour notre future famille. 

Suite à l’annonce de nos résultats, à nos proches, tout ce qu’on leur disait c’était que oui, ça nous faisait quelque chose, que ça nous faisait de la peine. 

Nous étions quand même pas indifférents de ça, mais qu’on ne pouvait absolument rien y faire, que ça allait juste être plus long que les autres et que nous, nous avions l’habitude de travailler fort pour avoir ce qu’on voulait…On en avait eu la preuve avec la construction de notre maison.

Au fond, en évitant les grandes discussions, on cherchait en quelque sorte à les rassurer, mais on voulait aussi garder ça pour nous le plus possible.  

Notre philosophie:

« Moins on en dit, mieux sait. Comme ça, tout le monde se portera mieux. »

En fin de compte, on leur mentait. Je préfère dire que JE leur mentais. Je n’arrivais pas à me faire à cette idée, celle que mon chum n’était pas bon, comme il disait, et je souffrais à l’intérieur de moi. 

J’étais mortifiée par la peur et je m’en cachais ne voulant pas dire la vérité…pour peut-être, dans un sens, les protéger.

Je savais déjà que les résultats qu’on venait d’apprendre les rendait tristes. Je ne voulais juste pas en rajouter avec mon état d’âme qui ressemblait à un gros nuage d’un temps orageux. 

Je voulais garder toute ma tristesse, toute ma colère en dedans de moi au lieu de l’extérioriser, au lieu d’en parler et me faire du bien. Je voulais leur éviter de souffrir eux aussi tsé…

C’est là que ma détresse, comme une égoïste, j’ai décidé de la garder pour moi préférant sourire et dire que tout allait bien…

IMG_0499.JPG
Mon sourire cache bien ma détresse n’est-ce pas ? 🙂

Après tout, c’était beaucoup plus facile pour moi de me mentir que de dire la vérité… 

Quand on vit ce genre de choses, sur le moment, on choisit toujours l’option la plus simple, mais, ce que je ne savais pas, c’était que ça allait se compliquer beaucoup plus vite que je pensais…

Tout est une question de perception! 

Allez, sois fière de ton grand coeur! 💕

SHOOTER!✌️

CFP-6934-2Jessica 

Copyright © 2018 Jessica Lefebvre – Mom de coeur, All rights reserved.

Laisser un commentaire

search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close