Quand tu veux être enceinte, tu essaies tout!

Après deux fécondations In Vitro non-réussies et après notre dernier rendez-vous avec notre médecin à Montréal pour savoir qu’elle serait la suite des choses, soit le 25 janvier 2016, elle m’avait fortement suggéré de faire l’examen des trompes pour savoir si elles étaient bouchées avant de faire les trois inséminations qu’elle venait de nous prescrire. (lire l’article juste ici)

Et quand tu veux un bébé, ben coup dont, on essaie tout pour y arriver. Tout ce que les médecins ou personnes autour de toi te disent, tu fonces et tu es prête à tout tester pour t’y rapprocher. Quand je dis “prête à tout”, c’est vraiment “prête à tout”…

Le 20 février 2016, le déluge rouge s’était présenté. Il fallait donc que j’appelle pour avoir mon rendez-vous pour faire mon examen des trompes, la hystérosalpingographie (un mot à 1000$.)

Aussitôt dit, aussitôt fait. J’avais mon rendez-vous le 26. Ça tombait bien, car jeudi le 25, nous allions déjà à Montréal voir un spectacle de MON BEAU LUKE BRYAN.

(Ok, je capote un peu trop sur lui haha)

Ça avait été tout qu’un show! J’en ai encore des frissons! On avait passé une soirée plus qu’extraordinaire, mais une partie de moi n’était pas tout-à-fait là.

IMG_20160225_214514610
C’était nous pendant le spectacle!

De retour à l’hôtel, l’angoisse était apparue pour y faire toute sa place. J’étais tellement nerveuse de faire cet examen que j’en avais pas dormi de la nuit. On va se le dire, après un show et ayant mon examen à 8h le lendemain, la nuit avait été plus que courte.

Je me souviens encore de cette vue. C’était celle où j’avais pris mon déjeuner (pour dire que j’avais mangé parce que je n’avais pas d’appétit, mais pas du tout) et j’avais tellement peur que ça me fasse mal, car les personnes que je connaissais et qui l’avaient fait m’avait dit que ça faisait terriblement mal, à en perdre presque connaissance tsé…

Il faisait si froid ce matin-là et j’étais tout aussi glacée de peur par en-dedans. 

IMG_20160226_070110082

L’heure venue, j’avais les mains moites, je tremblais à l’intérieur de moi, mais j’avais cet homme qui était là tout près qui me tenait par la main et qui me disait que tout se passerait bien.

Pis non, ce n’était pas M. Ploune qui me rassurait parce que lui, quand il est entré dans la petite pièce où j’avais ENCORE mes belles grandes jambes écartées et prêtes à recevoir la douleur, il m’avait dit que cet examen était très souffrant, que c’était certain que j’allais avoir VRAIMENT mal…tsé, tout pour m’aider!

Un peu plus qu’il avait du mal à me rentrer le machin truc dans ma ploune tellement que mes jambes claquaient! Ben non, c’est une blague quand même! haha! 

Au moment venu de m’injecter le liquide dans mes trompes, il m’avait dit de me préparer, car c’était là qu’il pouvait y avoir énormément de douleur advenant le cas où elles seraient bouchées…j’avais tellement la chienne Seigneur!

Somme toute, tout c’était bien passé à ma grande surprise. J’avais à peine senti quelque chose, de légères crampes dans le bas du ventre, mais minimes. J’avais eu plus peur que de mal et tout était parfait. Mes trompes n’étaient pas bouchées -fiou- et on l’avait bel et bien vu sur les écrans. Ça avait été le soir même où j’avais eu plus de douleur au ventre, mais rien pour me traumatiser de cette expérience.

Un fois cet examen passé, on nous avait dit que l’acuponcture était très bien pour la fertilité. Donc, j’avais décidé de prendre rendez-vous. Après tout, on n’avait rien à perdre tsé!

J’ai eu mon premier rendez-vous le 31 mars 2016 avec une perle. Elle était super fine et si douce, à l’écoute de nos besoins. Je lui avais expliqué notre situation et elle m’avait conseillé de faire de l’acuponcture pendant 3 mois avant de faire nos inséminations.

Elle voulait me voir 2 fois par mois. Alors, on a dit oui et nous avons décidé de le faire. Je ne sais pas si c’était à cause de ça, mais le premier mois, j’étais censé être dans mon cycle court (23-24 jours) et j’en étais rendu à 32. Tout pour se poser des questions encore une fois, mais je ne m’étais pas fait d’idée.

Combien de fois ça m’était arrivé d’avoir du retard sans résultat positif ? Au diable le décompte! Je n’osais même pas faire de test de grossesse par peur d’être à nouveau déçue…

En fin de compte, l’acuponcture, pour ma part, n’a pas changé grand chose. J’adorais mes rendez-vous et je le suggère à quiconque qui veut l’essayer. C’est une approche que j’ai adoré!

En date du 27 juin 2016, je ressentais toujours cette angoisse vis-à-vis la grossesse. Pourquoi ? JE N’AVAIS AUCUNE IDÉE et ça en était frustrant bateau!

Une personne de notre entourage nous avait parlé d’aller voir un amérindien, un homme médecine. Elle nous avait dit que sa nièce était allée le voir pour être enceinte, qu’elle avait quelques fécondations In Vitro à son actif et que rien ne fonctionnait naturellement.

Elle était allée le voir et celui-ci lui avait dit qu’au bout de 2 mois, elle serait enceinte. Eh bien, ça avait marché pour elle. Alors, nous avons pris rendez-vous, nous aussi, avec lui. Ç’a avait piqué ma curiosité en titi.

Le 15 juin avait lieu notre rencontre. Quand nous sommes arrivés sur les lieux, la porte était grande ouverte, vraiment no stress comme endroit. L’amérindien, un homme d’une soit disant soixante dizaine d’années et qui en avait l’air d’à peine 50, nous a demandé la raison de notre visite: être une maman et un papa.

Il nous disait que, depuis 2016, 85 femmes étaient devenues enceintes grâce à lui et que, depuis 2010, 400. Ok…c’était assez impressionnant! Il nous a aussi dit qu’il allait nous faire un “remède” selon notre poids et grandeur et que ce “remède” allait aider à augmenter mon ovulation et que les spermatozoïdes seraient comme des Ferrari. On avait trouvé ça bien drôle.

Il nous a dit que le prix était très cher. Un gros zéro dollar… Pour lui, ceux qui veulent des enfants, ne devraient pas payer pour en avoir. Et pour conclure en beauté, il nous a même demandé si on voulait une fille ou un garçon. On est partis à rire, voyons dont!

Il avait vraiment l’air sur de lui, c’était bien ça le plus drôle. Il nous a dit qu’il fallait venir chercher notre “remède” le mardi suivant et c’est ce que nous avions fait.

Quand on est arrivés, il nous a demandé si on ne revenait pas sur notre décision, celle de choisir le sexe. La dame qui était avec lui nous a lâché :

Satisfaction garantie. 

Ils en étaient presque “fendants” tellement qu’ils avaient l’air confiants!

Il a fait nos remèdes presque à l’œil et devant nous. Un mélange d’herbes, de feuillages et d’écorces. On est repartis avec bien de la confiance, c’était dur de faire autrement tsé!

Rendu à la maison, on a fait nos potions magiques avec tout notre amour pour que ça marche. Je devais en boire un onze par jour et mon conjoint, deux.

Il nous avait dit que, si ça ne marchait pas le premier mois, que ça allait être au deuxième. On avait bien hâte de voir. 

Pour revenir à mon angoisse d’être enceinte, on dirait que j’avais l’impression que ça allait marcher, le pourquoi que ça refaisait surface. Oui, ça me faisait peur d’être enceinte, mais est-ce que c’était une bonne peur ? Dès que je pensais qui pouvait avoir une petite vie dans mon bedon, ma respiration s’accélérait…J’avais presque envie de paniquer tsé!

Comme si ça brûlait dans mon ventre…Ma tête ne faisait que se concentrer au niveau de mon ventre…Je ne savais toujours pas pourquoi ça m’inquiétait autant. Si c’était vraiment parce que mon corps avait peur de mourir (comme me l’avait dit Vicky Morissette), il fallait que je mette de l’amour dans cette vie antérieure pis ça presse.

En plus de tout ça, j’avais peur que mon bébé ressente tout ce stress que je m’imposais moi-même. Je ne voulais pas lui transmettre tout ce que je vivais. J’avais peur que mon corps le rejette de nouveau. Je demandais à tous les jours qu’on me donne une bénédiction pour chasser toute cette angoisse, je suppliais Dieu pour que je sois bien dans mon corps.

Il fallait que je fasse confiance en la vie et il fallait que j’arrête de penser au pire. S’il était dû pour être là, c’est parce qu’il fallait que ça se passe comme ça. Je me disais:

Un jour à la fois Jessica. Tu es capable d’avoir confiance en toi. Tu es une bonne personne et arrête d’être dur envers toi-même. Que la vie te soit douce. Tu as le droit d’avoir des rechutes, suis ton coeur et va à ton rythme.

Malheureusement, les deux mois ont passé et rien n’a fonctionné. Il fallait retourner voir l’amérindien pour lui en faire part, mais nous avions décidé de laisser du temps passer.

Après tout ces tests, on commençait à être essouffler, du moins, JE commençais. J’avais beau vouloir, mais la vie n’était pas de notre côté, en fait, c’est ce que je croyais.

Je voulais TANT, je voulais TROP. J’avais cette impression de forcer les choses.

Aujourd’hui, j’ai compris que, même si mon désir est bel et bien là en moi, qu’il ne me sert à rien de le vouloir à contre courant puisque je sais maintenant qu’il arrivera quand ce sera le bon moment.

Et bien sur, j’ai compris que la vie était parfaitement de mon côté. Elle est toujours de notre côté, même si on le croit pas. Je le disais moi-même que j’avais peur de porter un enfant et elle m’a très bien servi pour que je puisse ENFIN la laisser partir, cette peur.

•••

Et toi, qu’est-ce qui te fait peur dans tout ce parcours ? Qu’est-ce qui t’empêche de te sentir bien ?

Eh bien, ma méthode Succès Infini™ permet de se défaire de ses peurs pour les remplacer par la vérité de notre coeur. Une méthode concrète, puissante et qui libère tes peurs inconscientes.

Ça me ferait plaisir de t’accompagner à regarder tes peurs droit dans les yeux et de le faire, ça aide grandement à aller mieux.

Tout est une question de perception. Tes peurs te freinent ou elles te font avancer ?

Allez, soyons fières de notre grand coeur,

CFP-6934-2Jessica 

Laisser un commentaire

search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close