Une claque fait mal…mais trois, encore plus!

Pour faire une histoire courte, lors de notre période où on était rendu à faire des tests, car on ne réussissait pas à faire un enfant, le premier spermogramme que mon chum avait fait s’était révélé mauvais. 

Première claque dans face! Et une première claque qui m’a fait mal en ti-péché! À un tel point, que je pensais qu’on ne deviendrait jamais parent tsé! 


Me diras-tu que c’était un peu exagéré ? Non! Avoue-le, si tu es passé par là toi aussi, tu as probablement déjà pensé la même chose après avoir reçu de mauvais résultats ?


Enfin bref, de mon côté, tout « semblait » être correct, mais je trouvais ça étrange qu’on me fasse seulement passer une prise de sang et un examen gynécologique…

Cependant, pour valider si mon chum avait vraiment un problème, ça prenait un deuxième spermogramme. On nous avait dit qu’on ne pouvait pas se fier qu’à un seul.

Trois mois plus tard (parce qu’il faut attendre ce temps entre chaque), le résultat: il n’était pas mieux, il était pire! (NONNNNNN!)


Nous sommes le 29 juin 2015 (1 an et 3 mois après notre Go! On fait un enfant), à Québec, pour rencontrer un urologue suite à cette 2ème mauvaise nouvelle.

Un urologue, selon M.Google c’est:

Un spécialiste d’urologie.

Ok…Merci M.Google pour ta justesse…

On va s’épargner les grands mots. Un urologue traite, entre autre, l’infertilité masculine.

Bon…Merci Jessica!

C’est à ce moment-là que notre gentil urologue nous a expliqué que, non seulement les spermatozoïdes n’avaient pas de têtes normales, mais ils n’avaient pas non plus le petit crochet pour aller s’accrocher à l’ovule. 

WHAT THE FUCK?

En français please!

C’est simple: pas de crochet, pas d’enfant! 

Outch ok…

Et que la solution à notre problème était de passer directement par une fécondation In vitro. 

Qu’est-ce qu’une fécondation In vitro (FIV) Monsieur urologue ? 

Dans mes mots, c’est d’aller retirer l’ovule du corps de la femme. À l’extérieur, des spécialistes la féconde avec le sperme de l’homme. Ensuite, ils transfèrent l’embryon (bébé éprouvette) dans sa maison d’origine: l’utérus. 

Ok, j’avoue avoir eu un pincement au coeur.

Quoi? On allait faire une FIV, nous ? Est-ce que j’ai bien compris Monsieur ? On va m’enlever mes ovules de MON corps ? Dis-je en ayant la chienne de ma vie!

Oui, j’avais bien comprise. Pour nous, les inséminations ne servaient à rien, car les spermatozoïdes n’avaient pas la capacité de féconder. Ils avaient besoin qu’on les aide, car ils n’étaient pas capable d’y arriver seuls.

Quelle est la différence entre une FIV et une insémination ? Une énorme différence. 

Une insémination c’est d’aller tout simplement déposer du sperme dans l’utérus de la femme lorsqu’elle ovule en l’injectant et la fécondation se fait naturellement ou pas.

C’est comme faire l’amour avec une seringue tsé! Génial non? 😉

C’est toujours bien mieux que de se faire enlever des ovules ok?!

Alors, c’est en apprenant cette nouvelle que la 2ème claque dans face est arrivée! Une claque qui était pire que la première croyez-moi!

Non mais on allait m’enlever mes ovules! (NONNNN!)

Nous, pour avoir un enfant, il fallait faire une FIV ? (NONNNN!) 

Ayoye! Que ça faite mal! Comme si l’urologue venait de me les enlever à froid ces ovules-là tsé!

Ça fait mal parce que j’ai toujours cru qu’on y serait arriver de façon naturelle tsé! Dans mes souhaits les plus chers, la médecine ne faisait pas partie de mes plans!

Mon plan était de devenir une maman dans la bonne et due forme, dans la simplicité et dans la tendreté au bout de quelques mois d’essai. Il me semble qu’on s’aimait assez pour que ça puisse nous arriver non ? 

SM1_1230.jpg

Bon, ceci étant dit, si je voulais le devenir, une maman, il fallait qu’on passe à l’action. On avait déjà perdu assez de temps comme ça!

Premièrement, on devait appeler sur le champ pour envoyer notre demande si on voulait la faire cette fécondation In vitro là. Ce qu’on nous dit: 2 mois d’attente chez Procréa. (NONNNN!)

QUOI? Encore attendre?…Non! Je n’en pouvais plus d’attendre…Et puis, pourquoi pas? 

Avoueille les claques dans face. J’en avais déjà une sur chaque joue, il ne me manquait plus que le coup de poing dans le front. Jamais 2 sans 3 comme on dit! 

Le temps, toujours le temps. Ça me faisait lever le poil sur les bras d’attendre! J’en avais ma claque! (Quel beau jeu de mots ici)

Aussitôt raccroché, on a téléphoné alors à Montréal, chez Ovo. 

Le verdict: nous avions notre premier rendez-vous le 16 juillet. YEAHH! Mais…EURKK…c’est à Montréal…à 3h30 de route de chez nous…Mais, il fallait ce qu’il fallait! Je le voulais cet enfant-là bateau! Montréal, ce n’est pas comme si on allait en Abitibi tout de même! Tsé, quand il faut voir le bon côté des choses…

Heureusement pour nous, c’était pendant les vacances de la construction. Ahh qu’on allait passer de belles vacances! Je sautais de joie…(je t’épargne ma face)…

Malheureusement, dans mon coeur, je ressentais de la tristesse et un brin de désespoir, car ça faisait déjà 15 mois qu’on attendait de réaliser notre rêve: celui d’avoir 2 lignes bien roses sur un test de grossesse et tenir dans nos bras le fruit de notre amour. 

Combien de tests négatifs avais-je à mon actif ? Je ne sais plus, je ne les comptait pas! C’était bien trop déprimant!

Mon chum et moi, on s’aime tellement et je ne suis pas gêner de le dire, car ça se voit et ça se ressent. Pourquoi la Vie était-elle si cruelle avec nous ?

SM1_1236

De voir que nous n’étions pas capable de créer le fruit de notre amour: aucun mot pour décrire ce feeling. Un sentiment d’échec, de perte de contrôle, mais surtout, d’impuissance. C’est là que tu réalises que tu ne décides rien dans la vie, mais que c’est plutôt la vie qui décide de tout.

J’avais tellement de peine de délaisser les plans que je m’étais faits, car j’y tenais tellement. Ils étaient mon rêve de petite fille. Un plan tout en rose où les obstacles n’en faisaient pas partie tu vois ?

Et si, finalement, la Vie avait décidé, pour nous, que nos plans pour avoir un enfant, étaient d’aller en clinique?

J’avais du mal à comprendre ce que la Vie essayait de nous dire. C’était quoi le message derrière tout ça ? En fait, à ce moment-là, je ne savais même pas qu’il pouvait y en avoir un message, car lorsque nous sommes dans une noirceur, dans le négatif, eh bien la vie, on l’a bien profond dans le c*&!

Tout ce qu’on fait, c’est de lui en vouloir! C’est d’être en colère après elle et, tout ce qu’on veut, c’est de l’envoyer se balader pour ne pas dire (chier).

C’est si facile de se laisser emporter par ce tsunami. Pourquoi toujours aller à contre courant quand il est tout simplement possible de se laisser bercer  ?

C’est souvent, malheureusement, avec du recul que tu le comprends.

Tout est une question de perception! 

Allez, sois fière de ton grand coeur! 💕

SHOOTER!✌️

CFP-6934-2Jessica 

Copyright © 2018 Jessica Lefebvre – Mom de coeur, All rights reserved.
Photo couverture: Pixabay

1 réflexion sur « Une claque fait mal…mais trois, encore plus! »

Laisser un commentaire

search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close